Gestes santé

3 techniques pour lâcher prise au bureau

 Stress, burn out, tension, anxiété… Vous êtes impliqué dans votre travail et en retour il a tendance à envahir votre vie jusqu’à avoir une influence sur vos humeurs et votre comportement. À vouloir tout contrôler, votre travail et celui des autres, à vouloir atteindre un idéal parfois inaccessible, à vouloir tout gérer malgré le manque de temps et le trop plein de responsabilités, vous frôlez la crise de nerf. STOP.

Et si, pour échapper à l’emprise de votre travail, il fallait « lâcher prise »?

Capture d’écran 2015-05-13 à 15.29.39

Vous vous sentez obligé de corriger le travail de vos collègues ou préférez même faire les choses vous même ? Vos collègues sont trop lents à votre goût ? Ils ne suivent pas votre méthodologie ? Vous trouvez que votre supérieur est trop froid, sec? Certaines choses ne peuvent être changées. Il est temps d’arrêter de constamment ressasser les mêmes plaintes mais d’agir en modifiant ce qui peut l’être: votre façon de réagir face à ces situations. Posez vous les questions suivantes: quel est l’élément qui vous tracasse? Quel est l’émotion que je ressens? Quel est le comportement que j’adopte, et quelles sont ses conséquences sur mon travail et sur mon entourage? Par exemple: « mon collègue ne fait pas les choses comme je les conçois ». Les émotions provoquées: l’énervement, l’exaspération et l’irritation. Le comportement que j’adopte: je me tais et m’occupe moi-même de toutes les tâches. Les conséquences, sur mon travail: je suis submergé, stressé et pris par le temps ; sur mon entourage : mon collègue ne comprend pas pourquoi je suis distant et agressif, et il continue de faire le travail comme il le fait. Observez ce cercle vicieux qui ne cesse de se répéter, et rompez le ! Observez vos émotion. Prenez du recul et changez votre comportement: ne serait il pas mieux de lui en parler? Au lieu de vous rajoutez des tâches, ne serait-il pas préférable de laisser votre collègue faire son travail lui-même tout en lui suggérant vos conseils? Faites une liste des responsabilités que vous endossez à tort. Un tri entre ce qui peut être amélioré et ce qui ne peut pas l’être, ainsi qu’un recul sur la gestion de vos émotions peuvent être une bonne façon de lâcher prise!

Capture d’écran 2015-05-13 à 15.29.54

 

43% des professionnels pensent que leur travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Et en parallèle de cette frustration s’ajoute le rôle nocif de la balance sentiment personnel/résultat : parfois vous perdez de vue les petites victoires, les objectifs atteints et les étapes franchies, au profit de sentiments négatifs tel que « oui mais j’ai encore trop de choses à faire » ou « oui mais je n’ai pas complètement fait les choses comme il fallait ». Que ce soit devant un travail accompli ou un projet en cours, la reconnaissance et les encouragements sont toujours recherchés et appréciés. Mais la tendance est plutôt à la critique, de soi et des autres, et aux « listing » des améliorations à effectuer et des aspects négatifs. Dans les moments difficiles, lorsque vous avez de la peine à voir la finalité des tâches que vous avez à accomplir et que vous laissez aller au stress et à l’abattement, LÂCHEZ PRISE. Votre motivation reviendra si vous abandonner cette pression sur vos épaules et que vous permettez des auto encouragements! Pourquoi attendre qu’ils viennent de la part de vos supérieurs ou vos collègues? Un simple « Je vais y arriver », « Je suis capable d’atteindre l’objectif  » ou  » Une étape de franchie, on continue! « . Ces petites phrases positives vous donneront le sourire et vous détendront. À quoi bon se répéter toute la journée « qu’on n’y arrivera pas », « qu’on n’en peux plus ». Essayez de lâcher prise en vous accordant des mots qui boostent. Vous pouvez les écrire sur des post-it que vous collerez sur votre écran, ou simplement vous les répétez devant le miroir.

 

 

Capture d’écran 2015-05-13 à 15.29.36

 

C’est physiologique. lorsque vous êtes stressé, lorsque vous avez trop de pensées en tête, votre système nerveux est en mode « combat ». Il met votre corps, vos sens en éveil, et au long terme, il ne sait plus comment se mettre au repos. Avant que ce phénomène ait un impact sur votre sommeil, votre métabolisme, votre concentration…LÂCHEZ PRISE. Les exercices de respiration apaisent le système nerveux et vous détendent. Par exemple, l’exercice 4/7/8 établi par le docteur Andrew Weil de Harvard est simple à reproduire et connait une bonne efficacité sur le système nerveux. Établi  au départ pour aider à l’endormissement chez les insomniaques, il peut être utilisé pour apaiser le stress. Pour cela : inspirez profondément par le nez pendant 4 temps (4secondes), puis bloquez la respiration pendant 7 temps, enfin expirez bruyamment par la bouche pendant 8 temps. Répétez l’exercice 3 fois. Certains aimeront visualiser qu’ils soufflent leur stress, comme si ils expiraient tous leurs problèmes, leur inquiétude, leur anxiété.

 

Envie d’en savoir plus? Cliquez ici ou  !

1 réponse »

  1. Merci pour ce billet ! Il donne des solutions sympas pour améliorer la qualité de vie au travail. Je suis particulièrement pour les exercices de respiration dont les bénéfices ne sont plus à prouver. En plus, ils peuvent être réalisés partout.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s